Projets personnels

Architecture à l'abandon

Fasciné par les lieux qui témoignent du passé, François LeClair a su capturer la beauté de ces lieux condamnés à la démolition.

L’objectif a fixé avec émotion les restes d’un quotidien à jamais oublié. Le photographe est le dernier témoin des lieux. L’immeuble raconte son histoire.

Au final, l’angle et la lumière de chaque photo font jaillir des images au charme nostalgique. François LeClair a transformé des débris et vestiges en poésie esthétique. Beauté et tristesse s'y fondent et se confondent.

Avant l'après...

Voici les dernières photos d'un chalet tout juste avant sa démolition.

Quand le laid se fait beau

Le viaduc au coin des rues Iberville et Saint-Joseph est laid. Très laid. La ville de Montréal, sans doute dans le but de poser un diagnostic sur son état de décrépitude avancée, y a tracé ça et là des inscriptions de couleurs, formes et natures variées. Juxtaposées aux nombreuses fissures et craques elles apparaissent comme autant de cicatrices d'un polytraumatisé. 

Par un après-midi glacial de janvier, j'ai passé tout près d'une heure à le photographier sous toutes ses coutures et points de suture. Voici les 18 images que j'ai retenues.


Divers projets personnels

Voici divers projets personnels.

Le soulier rouge

À l’occasion d'une exposition annuelle de la CAPIC (Association canadienne des créateurs professionnels de l’image) le thème proposé était « Le soulier rouge ».

Chaque participant empruntait une des paires de souliers rouges achetées pour l’occasion et réalisait une photo les mettant en vedette. Dès le départ, cette thématique ne fit pas l’unanimité. Certains la trouvaient trop contraignante, d’autres trop frivole et plusieurs n’étant pas inspirés ont préféré s’abstenir de participer à l’exposition. Cette controverse a incité le photographe à aborder le défi sous un angle social. François LeClair  a photographié une enfant d’origine asiatique portant une boite contenant les souliers rouges comme une offrande, en référence aux enfants qui fabriquent ces produits de luxe. Sur la boite contenant les souliers se trouve une mise en scène où les souliers, tel un couple, simulent  un rituel  de séduction.

Boite noire

Lors d’une des expositions annuelles de la CAPIC (Association canadienne des créateurs professionnels de l’image), les participants étaient invités à explorer le thème « La boite noire ».

Cette thématique offrait aux participants de multiples possibilités. François LeClair a choisi de faire un autoportrait de la boite noire. Pour ce faire, il a dissimulé une caméra numérique dans une boite en carton et fabriqué un objectif en perforant  un minuscule trou dans le couvercle protecteur de l’appareil. Il l’a ensuite placé devant le miroir d’une vieille commode dénichée à l’auberge Bonheur d’occasion à Saint-Henri.

Lors du vernissage, les photographes pouvaient  présenter leurs portfolios aux visiteurs en l’accompagnant d’un autoportrait. François LeClair a donc élaboré sur le thème de « La boite noire » une série de photos que vous pouvez voir dans cette section, ainsi que son autoportrait accompagné de sa boite noire.

Tirages imprimés via DécoPhotoPlus

Using Format